Aller au contenu
Accueil » La trousse de premiers secours pour toute la famille

La trousse de premiers secours pour toute la famille

Après ma formation de Premiers Secours à la Croix Rouge, j’ai décidé il y a quelques années de mettre à jour ma pharmacie. A cette trousse de premiers secours (ou plutôt ces trousses au pluriel) se sont ajoutés des médicaments pour à peu près toutes les parties du corps (voui, la santé c’est pas top chez nous). Et bien sûr, quand Chouquette est née, la pharmacie s’est encore étoffée !

On n’y pense pas au quotidien mais c’est tellement important en cas d’urgence ! Hémorragie, brûlure, chute, perte de connaissance, malaise cardiaque… Ce sont autant d’accidents auxquels on ne veut pas trop penser (surtout quand il s’agit de ceux qu’on aime). Mais avoir le matériel nécessaire et connaître les bons gestes sauvent des vies, celles de vos proches mais aussi peut-être celle d’un inconnu qui aura un accident sous vos yeux. Alors autant être équipée ! Voici ce que doit contenir une trousse de premiers soins.

Antiseptique, savon : en flacon, en spray ou en solutions unidoses, le désinfectant est incontournable pour les premiers soins. Mais pensez au savon, car on nettoie toujours une plaie avant de la désinfecter.

Sérum physiologique : là encore, une base, pour bébé comme pour les grands.

Compresses stériles et rouleaux de gaze stériles : une compresse stérile est utile pour à peu près tout, il vaut mieux en avoir suffisamment.

Couverture de survie : une ou deux suffisent, je n’ai jamais eu à utiliser la mienne mais il est impératif d’en posséder une.

Autres : pince à épiler (pour les échardes et les tiques), rouleau de sparadrap adhésif, paire de ciseaux, gants…

Pour les contusions, bosses, traumatismes

Arnica gel : pommade utilisable dès 1 an (et même un peu avant en fait), c’est l’allié indispensable contre les bosses et les petits bobos ! D’ailleurs, il fait partie de la pharmacie indispensable de Chouquette.

Poches de froid instantané : super pratiques, ces poches à usage unique deviennent instantanément froides et s’appliquent sur les traumatismes et autres bobos. Utile quand on n’a pas de glace à portée de main.

Pour les brûlures et plaies

Biafine : incontournable, la Biafine s’applique sur les brûlures et les plaies non infectées. Pour les plaies infectées (et les brûlures), j’ai aussi du Flammazine.

Pansements adhésifs : qui n’a pas de pansement chez soi ? Pour les coupures, les ampoules, les plaies superficielles… Encore faut-il en avoir de différentes tailles. Pensez donc à avoir tous les formats possibles, y compris des bandes à découper et des pansements chirurgicaux de grande taille. Enfin, prévoyez des pansements spécialement conçus pour les brûlures.

CHU (Coussin Hémostatique d’Urgence) : rarement utilisé (heureusement !), le CHU est compressif et peut sauver la vie et le membre de celui qui fait une hémorragie. Il permet une compression efficace de la plaie. Ultra important !

Un ruban, un crayon : c’est tout bête, mais si vous devez faire un garrot à quelqu’un, mieux vaut avoir le matériel adéquat. Un ruban et un crayon peuvent faire l’affaire. Mais c’est quand on en a besoin de quelque chose qu’on ne le trouve pas ! Alors mettez-les dans votre trousse.

Pour les entorses, foulures, etc

Bandes de strapping : indiquées en cas d’entorse, mais aussi sur certaines fractures ou problèmes musculaires.

Bandes de crêpe : utiles pour arrêter le saignement d’une plaie par compression, la bande de crêpe s’utilise aussi en bandage pour les déchirures musculaires, entorses, luxations, etc. Il est bien d’en avoir plusieurs à la maison.

Parce que nécessité fait loi, j’ai aussi un collier cervical, une attèle pour le mollet, des attèles de poignet et des béquilles. Mais vous n’êtes pas obligée d’en faire autant !

Thermomètre : un thermomètre électronique de base et, si vous ne regardez pas à la dépense, un frontal ou auriculaire. Mais franchement, je ne trouve pas ces derniers très fiables.

Tensiomètre : nécessaire quand on vit avec un hypertendu (comme c’est mon cas) ou avec des proches hypotendus (c’est aussi mon cas).

Oxygénomètre : on l’a vu avec le covid, connaître son taux d’oxygène peut être très utile et permet de mesurer l’urgence d’une détresse respiratoire, par exemple. Les oxygénomètres donnent aussi souvent le rythme cardiaque. Pratique dans la pharmacie d’urgence !

Comment s’équiper ? Vous pouvez trouver des trousses prêtes à l’emploi, mais vérifiez bien qu’elles sont complètes. Sinon, confectionnez votre trousse de secours vous-même, en achetant le matériel médical chez votre pharmacien ou sur une boutique en ligne. Au moins, vous aurez une trousse personnalisée en fonction de vos besoins, facilement accessible dans votre armoire à pharmacie !

Voici le contenu de la trousse d’urgence, qui peut être perfectionnée. Je n’ai d’ailleurs pas listé les médicaments importants à avoir chez soi, notamment contre les piqûres d’insectes. Mais cela vous donnera une bonne base ! J’ai dupliqué cette trousse de premiers secours à l’identique pour ma voiture. Eh oui, les accidents peuvent aussi se produire hors du domicile, en voiture, chez des amis. Et pourquoi ne pas suivre une formation de secourisme pour compléter vos connaissances ?


Voici une checklist à partager et imprimer pour votre pharmacie de secours :

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.