Aller au contenu
Accueil » Grossesse : stop à l’infantilisation

Grossesse : stop à l’infantilisation

Ne fume pas, ne bois pas, repose-toi, arrête le café, fais attention à ce que tu manges, fais ci, ne fais pas ça… Enceinte, nous avons toutes vécu le flot des bons conseils de tout un tas de gens qui donnent leur avis sans qu’on l’ait sollicité. C’est gentil, hein, mais on n’a rien demandé et on n’est plus une petite fille. Ah, si ? A voir l’infantilisation qu’on subit dès notre grossesse annoncée, on est en droit de se poser la question…

Je vais vous raconter une histoire. J’étais à 6 mois de grossesse, j’organisais un événement culturel. Je vapotais dehors quand un monsieur, que je ne connaissais que de vue, m’a fait la leçon. « Ce n’est pas bon pour votre bébé » m’a-t-il sermonné gentiment. Ce n’était pas dit pour blesser, il s’inquiétait vraiment. Mais pourquoi ? Après tout, je ne le connais pas, ce n’est pas son enfant. Pourquoi se sentait-il concerné ?

Quand une femme est enceinte, elle ne s’appartient plus tout à fait, voilà la conclusion. Son ventre rond devient un enjeu sociétal et moral qui la dépasse. Elle perd son statut d’individu adulte pour revenir à l’état d’objet. Nous, femmes enceintes, sommes des contenants. Ni plus ni moins. Et nous sommes des enfants, aussi. Qu’on doit conseiller, sermonner, recadrer… Insupportable schéma patriarcal qui transforme la maternité en dogme plutôt qu’en aventure personnelle !

OK, fumer, boire comme un trou, courir partout et carburer à dix tasses de café par jour, c’est pas top pour la santé de notre fœtus. Certains conseils relèvent du bon sens, et par conséquent n’ont même pas à être formulés, car la future maman le sait déjà.

Il arrive que ces injonctions soient quelque peu exagérées. Prenons la question de l’alcool. Je vais m’attirer les foudres de certains, mais tant pis. Boire un verre d’alcool léger trois ou quatre fois dans votre grossesse présente peu de risques pour bébé. En France, on a un discours « zéro tolérance ». Ce n’est pas le cas de tous les pays. Le Royaume-Uni tient par exemple un discours plus nuancé et responsabilisant. Bien sûr, je ne vous dirai pas « buvez de l’alcool enceinte, on s’en fiche ». Simplement, soyons raisonnables !

De même, exclure totalement le café ou le moindre morceau de foie gras me paraît aberrant. Le problème en France, c’est l’infantilisation des femmes. On interdit, sans explication, sans concession. Alors qu’il y aurait moyen d’informer bien mieux sur les risques, les produits déconseillés, le pourquoi du comment… Au lieu de traiter d’irresponsable la future mère qui a osé demander son steak saignant !

Déjà, on dit stop à soi-même. On s’informe longuement sur le sujet, sur la véracité des bons conseils qu’on nous donne. Vous fumez ? C’est sûr, il faut arrêter. Mais si vous n’y arrivez vraiment pas, commencez par réduire autant que possible votre consommation et ne culpabilisez pas. A quoi cela servirait-il ? Le tabac est une drogue et vous faites de votre mieux pour lutter contre. Quant aux autres interdits, déterminez dans quelle mesure il faut les respecter à la lettre ou non. Pour cela, je vous conseille le livre de la journaliste Renée Greusard, Enceinte, tout est possible. Il m’a beaucoup aidée.

On s’assume ! On dit flûte aux autres. Ce n’est pas facile, car enceinte vous êtes une proie permanente. Mes propos peuvent sembler durs. Après tout, cela part d’un bon sentiment. Mais, comme dit le proverbe, « l’enfer est pavé de bonnes intentions ». Vous n’êtes pas une petite fille, et vous savez les risques que vous prenez. Cela ne regarde que vous, éventuellement votre conjoint(e). Pas le monde entier ! Alors n’hésitez pas à rabrouer ceux qui vous veulent trop de bien contre votre gré. Et si, comme moi, vous craignez de blesser vos proches, dites-le avec humour ! Vous pouvez expliquer gentiment que vous prenez en compte leurs conseils mais que vous ne les suivrez pas forcément, en argumentant. Bref, il faut résister à la pression sociale.

En fait, l’infantilisation que nous vivons durant notre grossesse n’est qu’un exemple de la pression sociale que toute femme subit sa vie durant. On nous apprend dès notre plus jeune âge qu’il faut souffrir pour être belle, qu’une fille doit être douce et gentille (quand le garçon est fort et courageux), qu’elle doit donner une bonne image d’elle, prendre soin de son corps mais ne pas trop le montrer, sourire tout le temps, ne pas coucher le premier soir.

Plus tard, elle doit se mettre en couple et faire des enfants. Même si elle travaille, elle doit s’en occuper, plus que son conjoint. Sans oublier les tâches ménagères. Une femme vivra dans sa vie des épisodes potentiellement traumatisants propres à son sexe : violences gynécologiques, césarienne, épisiotomie, agressions sexuelles, IVG, fausse couche… On lui demande d’affronter cela le plus discrètement possible. Il n’y a que dans sa vieillesse qu’on la laisse en paix. Notre société s’intéresse bien peu à ses aînés. Ouf !

Nous n’avons pas à subir ce sexisme. Fille, femme, mère, grand-mère, dans toutes les étapes de notre vie, nous le retrouvons pourtant. Refusons d’être des victimes en attente de leur prochain bourreau. Nous sommes fortes, nous pouvons défendre nos choix et refuser cette infantilisation dépréciante, y compris pendant la grossesse.


grossesse pin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.